Jul 16 2010

L’appel à mobilisation de Saving Iceland 2010

Rejoignez notre résistance contre l’industrialisation de la dernière étendue sauvage d’Europe. Action directe contre l’industrie lourde !

La Lutte Jusqu’Ici

La campagne pour défendre la dernière étendue sauvage d’Europe continue. Ces cinq dernières années, des camps estivaux d’action directe en Islande ont pris pour cible des fonderies d’aluminium, des barrages hydro-électriques et des centrales géothermiques.

Après la destruction tragique de Kárahnjúkar et Hengill, il est encore temps de réduire à néant le plan d’ensemble qui verrait chaque rivière glaciaire importante barrée, chaque terrain géothermal considérable exploité, la construction de fonderies d’aluminium, d’une raffinerie de pétrole, de centres de stockage de données informatiques et d’usines de silicone. Ceci n’amènerait pas seulement la destruction de paysages et d’écosystèmes uniques, mais également une augmentation significative des émissions de gaz à effet de serre de l’Islande.

Le Paysage Politique
Saving Iceland a réintroduit les idées anarchistes dans la société islandaise, et promu nombre de méthodes d’action directe. Ces tactiques ont été utilisées avec succès au cours du “soulèvement des couverts” l’année dernière, où des membres de Saving Iceland se sont retrouves en première ligne à de nombreuses reprises, repoussant les limites. Saving Iceland, à travers ses années de présence, à joué le rôle de catalyseur dans le renversement du “gouvernement Alcoa”, corrompu en faveur de l’industrie lourde. Read More

Jul 14 2010

Le premier procès post-faillite en Islande

Le premier procès lié aux évènements de la crise économique a continué hier. Neuf participant-e-s au “soulèvement des couverts” (nom donné aux manifestations qui ont entraîné la chute du gouvernement en février 2009, en référence à l’utilisation de couverts, poêles et casseroles par une foule bruyante) sont poursuivi-e-s pour avoir “compromis l’autonomie du parlement”.

Neuf citoyen-ne-s islandais-es ont comparu au tribunal hier, concernant les évènements qui ont suivi la faillite économique de l’Islande en 2008. Chacun-e risque jusqu’à seize ans de prison. Pourtant, aucun-e ne fait partie des politiciens, banquiers ou businessmen qui ont laisse le pays avec une dette paralysante de 50 milliards d’euros. Illes en sont plutôt l’opposé.

Les Neuf de Reykjavik (RVK9) sont un essaim d’islandais-es qui sont entré-e-s légalement au parlement pour exiger la démission de leurs politiciens ; un mois et demi avant la chute du gouvernement. Illes sont tou-te-s poursuivi-e-s pour avoir compromis “l’autonomie” du parlement. Read More

Jul 06 2008

Le dernier recoin sauvage de l’Europe menacé

Développement hydroélectrique en Islande
By Guillaume Roy, FrancVert, Hiver 2008, Vol. 5, no. 1., Quebec.

L’Islande constitue le dernier recoin sauvage de l’Europe. À travers les glaciers, les montagnes d’origine volcanique, les plaines à perte de vue, les fleurs et les oiseaux sauvages, elle offre des paysage à couper le souffle aux touristes. Des rivières glacières coulent de la montagne à l’océan en forgeant de spectaculaires canyons. Dans ces vallées glacières, des écosystèmes fragiles et uniques ont évolué sur un sol volcanique à travers des millénaires, offrant des niches écologiques particulières pour de nombreux animaux qui y ont trouvé refuge. La quête énergétique islandaise menace maintenant l’intégrité de ces écosystèmes sauvages. Read More

Mar 07 2007

Les cheminées, dans un désert blanc, divisent l’Islande

New York Times
4 janvier
Par Sarah Lyall

Dans les profondeurs de l’hiver il n’y a presque rien à voir ici, que de la neige et de la roche ; de la neige à travers un paysage accidenté et surnaturel, de la neige sur les montagnes enveloppées de brume, de la neige qui s’étend à ce qui pourrait ressembler à la fin du monde.

Mais posé dans cette région montagneuse du centre de l’Islande, un chantier, presque achevé, de barrages, de tunnels et de réservoirs, a commencé à réorganiser ce désert blanc, où la montagne Karahnjukar rencontre deux puissantes rivières qui s’écoulent du plus grand glacier de l’Europe.

C’est le projet hydro-électrique de Karahnjukar d’un coût de 3 milliards de $ : une entreprise gigantesque qui exploitera les rivières pour produire de l’électricité réservée à un seul client : l’usine de production d’aluminium appartenant à Alcoa, la plus grande compagnie d’aluminium du monde.

Ce projet a été au centre d’une bataille des plus violentes et des plus controversées de la récente histoire islandaise. C’est le résultat d’années d’effort du gouvernement de centre-droite pour augmenter l’investissement international en Islande, le projet aurait déjà commencé à revitaliser l’Est sous-peuplé de l’Islande.

Pourtant il a aussi mobilisé une coalition d’habitants très mécontents et de plus en plus importante, qui estiment que les autorités ont sacrifié le patrimoine le plus précieux de l’Islande – sa terre primitive elle-même – à l’industrie lourde étrangère.

Maintenant, avec ces trois autres projets d’usine hydraulique, associés aux projets de fonderies d’aluminium, les écologistes affirment que toute chance de protéger la spectaculaire beauté si fragile et si naturelle de l’Islande va disparaître. “Si tous ces projets réussissent à aboutir, c’est une apocalypse environnementale pour cette région montagneuse de l’Islande ; ils auront aménagé chaque bassin fluvial et géothermique glaciaire majeur aux seuls usages de l’industrie lourde,” explique Olafur Pall Sigurdsson, un des organisateurs de “Sauver l’Islande », une coalition d’associations s’opposant à ce futur développement industriel. Read More